Actualité : des sites internet préfèrent fermer au lieu de se mettre en conformité

ParAdministrateur

Actualité : des sites internet préfèrent fermer au lieu de se mettre en conformité

Extrait de l’article :

Le 25 mai 2018, la loi européenne relative à la protection des données la plus importante de ces 20 dernières années entrera en vigueur. Le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) va alors remplacer la Directive sur la protection des données personnelles actuellement en vigueur et adoptée en 1995. Le RGPD renforce les droits des individus concernant leurs données personnelles. Il vise à uniformiser les lois sur la protection des données au sein de l’Union européenne, quel que soit le pays où les données sont traitées.

Mettre en application une loi aussi stricte semble ne pas être une tâche aisée, c’est ce que suggère l’attitude de plusieurs sites qui, voyant l’échéance arriver, ont préféré fermer.

C’est ce qu’explique par exemple Streetlend.com, un site Web servant de plateforme à des voisins désireux de se prêter des objets les uns aux autres : « Avec tristesse, StreetLend a été fermé en avril 2018, après cinq ans d’activité.

« Malheureusement, le nouveau règlement général sur la protection des données (RGPD) de l’Union européenne, introduit le 25 mai 2018, crée une incertitude et un risque que je ne peux pas justifier.

« Le RGPD menace les propriétaires de sites Web d’amendes de 4% du chiffre d’affaires ou de 20 millions d’euros (selon l’amende la plus élevée) s’ils franchissent un certain nombre de limites ambiguës. La loi, combinée avec les cabinets juridiques parasites, met les propriétaires de sites Web à risque. Les jeunes sites Web et les organismes sans but lucratif ne peuvent pas se permettre d’avoir des équipes juridiques. Par conséquent, le risque posé par le RGPD est inacceptablement élevé.

« Paradoxalement, cette nouvelle loi européenne blesse les start-up mais renforce la domination de Facebook, Google et Twitter, qui sont capables de se préparer et de se défendre en utilisant des équipes juridiques établies et des réserves de liquidités. La loi sur les cookies de l’UE, la réglementation de la TVA de l’UE et maintenant le RGPD de l’UE sont autant d’exemples de lois mal appliquées qui ajoutent de la complexité et des effets secondaires inattendus pour les entreprises au sein de l’UE ».

Source : https://www.developpez.com/actu/200922/Des-sites-web-preferent-fermer-au-lieu-de-se-mettre-en-conformite-avec-le-RGPD-par-crainte-des-sanctions-europeennes/

 

À propos de l’auteur

Administrateur administrator